Actualités

Follow us

06 mars 2018

La sûreté en 1, 2, 3 : que faire en cas d’accident nucléaire ?

Une campagne d’information locale explique aux riverains ce qu’ils doivent faire en cas d’accident nucléaire. En effet, un riverain sur trois est incapable de citer au moins une des trois mesures réflexes qu’il faut prendre dans la première phase d’un incident majeur. L’ONDRAF (l’Organisme national des ...

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE STORA, MONA, L’ADMINISTRATION COMMUNALE DE DESSEL ET L’ADMINISTRATION COMMUNALE DE MOL

 

Le risque d’un accident nucléaire grave en Belgique est extrêmement faible. Cependant, cela ne doit pas nous empêcher de nous y préparer. Le plan d’urgence nucléaire est en premier lieu une compétence de l’autorité fédérale, mais les citoyens peuvent aussi prendre des précautions. Savez-vous ce que vous devez faire en cas d’incident nucléaire ? Il y a trois règles d’or :

1. Abritez-vous et restez à l’intérieur.
2. Fermez portes et fenêtres et éteignez la ventilation.
3. Suivez les instructions des autorités à la radio, à la télévision et sur internet.

 

Pour faire en sorte que tout le monde sache précisément ce qu’il faut faire, l’autorité fédérale lance une campagne d’information dans laquelle les trois mesures réflexes sont au premier plan.

 

Campagne locale

Une telle campagne d’information est bel et bien nécessaire, selon une enquête de l’Universiteit Antwerpen, réalisée pour le compte de l’ONDRAF, de STORA (Dessel), de MONA (Mol) et des administrations communales locales. « Un tiers des 437 riverains interrogés ne connaissaient aucune des mesures réflexes. Il s’agit pourtant de règles assez simples qu’il vaut mieux suivre spontanément en cas d’alerte d’incident nucléaire, » explique Mark Loos, membre du groupe de travail plan d’urgence.

Pour sensibiliser les riverains, les partenariats ont décidé, avec l’ONDRAF et les communes de Dessel et Mol, de promouvoir le message fédéral dans la région à l’aide d’une campagne locale. Une vidéo de campagne, diffusée à Mol et Dessel, illustre les trois mesures réflexes en question.

 

Calendrier numérique

Les initiateurs du projet veulent aussi consacrer une attention particulière aux jeunes riverains. « Pour le troisième degré de l’enseignement primaire, nous développons un calendrier numérique. Jour après jour, il explique les mesures réflexes aux écoliers à l’aide de vidéos, d’énigmes et de jeux créatifs. » Les enfants ne sont pas seulement un groupe cible important, ils sont aussi d’excellents ambassadeurs pour faire passer le message à leur famille.

 

Stockage des déchets radioactifs

La campagne d’information locale et l’enquête de l’UAntwerpen résultent d’une des conditions pour que la future installation de stockage en surface des déchets de faible ou moyenne activité et de courte durée de vie puisse être établie à Dessel. MONA et STORA ont demandé à l’ONDRAF de prendre des initiatives pour optimiser le plan d’urgence nucléaire local. Bien informer les riverains s’inscrit dans le cadre de cette optimisation.

 

 

 

Personne de contact : Mark Loos

Volontaire à MONA et membre du groupe de travail plan d’urgence
Tél. : 014 31 27 91 – gsm : 0496 804 958

 

 
 
 

STORA, c’est quoi ?

STORA est l’acronyme de « STudie- en Overleg Radioactief Afval Dessel » (groupe d'étude et de concertation sur les déchets radioactifs). Il s’agit d’un partenariat entre la commune de Dessel et l'ONDRAF. Depuis qu’a été prise la décision de stocker les déchets de faible et moyenne activité et de courte durée de vie à Dessel, STORA veille à ce que les conditions posées par les habitants de Dessel pour accepter l'installation de stockage soient exécutées. En outre, STORA informe les habitants de Dessel sur toutes les activités nucléaires dans la commune.

MONA, c’est quoi ?

MONA est l’association « Mols Overleg Nucleair Afval », un partenariat créé entre la commune de Mol et l’ONDRAF. Ses membres travaillent ensemble pour accorder à la population de Mol un droit de parole dans la problématique nucléaire. MONA suit non seulement de près le projet de stockage en surface, mais aussi les autres activités nucléaires dans la région. Les conditions posées par les habitants de Mol sont également prises en compte dans l’élaboration du projet de stockage.