Aller au contenu principal

L’automne sur le site de stockage

112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (6)_ONDRAFNIRAS

La majeure partie du futur site de stockage en surface pour déchets de faible et moyenne activité et de courte durée de vie à Dessel restera non bâtie. L'ONDRAF, avec le soutien des partenariats STORA (Dessel) et MONA (Mol), assure la gestion des paysages naturels sur ce vaste territoire. Leur objectif : stimuler la biodiversité et encourager les loisirs doux. Le tout, sous les auspices de l’Agentschap voor Natuur en Bos (Agence flamande pour la nature et les forêts).

Au cours de ces derniers mois, plusieurs travaux de restauration de la nature ont eu lieu dans la zone non bâtie, qui s'étend sur plus de 70 hectares. Arne Berckmans de l'ONDRAF fait le point.

Restauration des landes

« Nous entendons tout d’abord restaurer la végétation originale des landes sur le site. Au fil des ans, elle a été largement envahie par la molinie bleue, une graminée vivace. Le coupage de mottes, une technique par laquelle la couche supérieure de végétation est raclée pour que la lande sous-jacente puisse se développer, permet de venir à bout de la molinie bleue ».

L'ONDRAF procèdera à un coupage phasé des mottes pour éviter que la nouvelle lande pousse partout. Arne Berckmans : « Un mélange de lande jeune et plus âgée est moins sensible à la chrysomèle des bruyères, un coléoptère qui peut faire beaucoup de dégâts. Il est en outre possible de mettre des moutons en pâturage dans les zones où la molinie bleue est fort présente. Cette méthode permet d’éliminer la molinie, et la lande a la possibilité regagner du terrain ».

La restauration de la lande a également bénéficié du déracinement de quatre grands chênes américains. « La lande est une végétation qui a besoin de beaucoup d’ensoleillement. Si trop d'arbres y poussent, la lande disparaît de façon naturelle et une forêt voit le jour. Nous voulons éviter ce phénomène en supprimant ponctuellement certains arbres. »

Copyright: Roger Damen
1 / 4
112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (5)_ONDRAFNIRAS
2 / 4
112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (14)_ONDRAFNIRAS
3 / 4
Copyright: Roger Damen
4 / 4
Copyright: Roger Damen
112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (5)_ONDRAFNIRAS
112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (14)_ONDRAFNIRAS
Copyright: Roger Damen
112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (21)_ONDRAFNIRAS

Une petite dune

Au milieu de la lande, l'ONDRAF a récemment fait creuser une partie inférieure du paysage en pente douce. « Nous avons créé une bande de sable légèrement inclinée vers le sud où les amphibiens peuvent prendre des bains de soleil. Nous espérons également y accueillir des insectes tels que les abeilles des sables et les guêpes fouisseuses, ou des passeriformes comme l'alouette lulu et le traquet motteux ».

112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (18)_ONDRAFNIRAS112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (20)_ONDRAFNIRAS112020_Natuurbeheer-Gestion paysages naturels (17)_ONDRAFNIRAS

L'enlèvement des essences exotiques

Un autre point d'action du plan de gestion est l'arrachage d'espèces de plantes et d'arbres exotiques, comme les merisiers et chênes américains. « Notre objectif est de donner de l'espace aux arbustes et aux arbres qui poussent naturellement ici », explique Arne Berckmans. « Nous avons ôté beaucoup d’essences exotiques au printemps, et avons fait faucher les pousses qui sont revenues ensuite. »

« Nous plantons aussi des arbres sur le site. Ainsi, nous remplaçons cet automne les quinze grands chênes pédonculés qui sont tombés le long du Hooibeek il y a quelques années par de nouveaux chênes. Sur une autre partie du site, nous plantons un écran de verdure pour cacher en grande partie l’usine de caissons à la vue. Cet écran comprendra des espèces indigènes telles que le houx, le chêne sessile, l'ajonc et le genêt. »

Natuurbeheer - Gestion paysages naturels (10)Natuurbeheer - Gestion paysages naturels (3)
Natuurbeheer - Gestion paysages naturels (1)

Amélioration du sentier pédestre

Comme l’explique Arne Berckmans, il est déjà possible de faire une belle promenade automnale sur le site du stockage en surface. « Le sentier existant le long du Hooibeek, qui va du Prinsenpark jusqu’à proximité du chantier de Tabloo, s'y prête parfaitement. »

Comme annoncé dans un précédent article du blog, une partie du sentier sera recouverte de dolomie pour le rendre plus accessible en cas de mauvais temps. « Nous devrions obtenir le permis ce mois-ci. Le début effectif des travaux dépendra des conditions météorologiques. »

Le balisage du sentier devrait être achevé vers la mi-2021, et les premiers randonneurs pourront alors venir l'explorer.

 

(nos remerciements à Roger Damen, qui a fourni de belles photos des landes !)