Aller au contenu principal

Les nouveaux résultats de l’étude 3xG sont connus

Vijfjaarlijks rapport 3xG-studie

Au début de l'été dernier, les chercheurs de l’étude 3xG ont présenté un rapport sur les taux de cancer à Dessel, Mol et Retie. Ils le complètent maintenant par des chiffres sur les hospitalisations et les anomalies congénitales dans la région. La dernière partie du rapport, une analyse du taux de mortalité, suivra plus tard dans l’année.

Pour le compte de l'ONDRAF et des partenariats STORA et MONA, l'étude 3xG est menée à Dessel, Mol et Retie. L’appellation « 3xG » signifie « Gezondheid - Gemeenten - Geboorten », c’est-à-dire « Santé - Communes - Naissances ». L'étude se compose de deux parties : une biosurveillance humaine et un rapport quinquennal des taux de morbidité et de mortalité. La réalisation de l’étude est le fruit d’une collaboration entre l'Institut flamand de recherche technologique (VITO), l'Université d'Anvers et l'Institut provincial anversois d'hygiène (PIH).

« Positif dans l’ensemble »

« Pour le rapport quinquennal de l'étude 3xG, nous avons récemment analysé les chiffres relatifs aux cas d'hospitalisation et d’anomalie congénitale dans la région », explique la chercheuse Annelies De Decker de l'Institut provincial pour l’hygiène (PIH). « Nous avons comparé le nombre d'hospitalisations avec les chiffres de la Flandre, et le nombre d’anomalies congénitales avec les données de la province d'Anvers. Nous avons pris en compte les différences au niveau de l’âge et de la densité de population. Le résultat de notre analyse est positif dans l’ensemble. »

Hospitalisations

Ainsi, ces dernières années, Dessel, Mol et Retie ont dénombré relativement moins d'hospitalisations pour des problèmes de thyroïde chez les femmes et pour des cas de diabète chez les hommes. « Concernant les femmes, le nombre total d'hospitalisations est également inférieur à la moyenne de la Flandre. Mais chez les hommes, les admissions s’avèrent plus élevées. En outre, dans les deux groupes, nous avons constaté davantage d'hospitalisations dues à des maladies cardiovasculaires. »

Anomalies congénitales

« Pour ce qui est des chiffres relatifs aux anomalies congénitales chez les nouveau-nés, les malformations cardiaques se sont révélées moins fréquentes dans les communes étudiées », explique Annelies De Decker. « Cependant, nous avons observé davantage de problèmes de hanche à la naissance. Il est préférable d'approfondir cette question, car des facteurs peuvent être mis en cause, comme une manière spécifique d'enregistrer. »

« Sur le plan des anomalies congénitales, il apparaît également que le spina-bifida est relativement plus fréquent dans la région couverte par l’étude 3xG. Mais nous devons interpréter ce résultat avec prudence. Il est question d’un petit nombre, les coïncidences peuvent donc jouer un grand rôle. »

Actions préventives

Le rapport quinquennal sera encore complété au cours de l'année par des résultats sur la mortalité dans la région. Ceux-ci pourraient nous éclairer sur la signification du nombre plus élevé d'hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires. En attendant, les chercheurs travaillent déjà sur les données obtenues.

« Nous voulons maintenant présenter les résultats de la recherche au secteur de la santé et aux décideurs politiques de la région afin qu'ils puissent être pris en compte dans une politique de santé préventive. Ce faisant, nous examinerons les actions nécessaires. Par exemple, une campagne pourrait être lancée pour encourager la prise d'acide folique en cas de grossesse (ou si l’on souhaite avoir un enfant). En effet, cela pourra aider à prévenir les cas de spina-bifida. »

 

Le rapport, son résumé et la présentation des résultats de recherche peuvent être téléchargés sur le site web de l’étude 3xG. (uniquement en NL)